RAYMONDE APRIL

Sphinx: Vue d’installation / installation view, Musée d’art contemporain de Montréal, 1989 Véritables statues vivantes, les personnages de Sphinx ont été saisis à Paris dans la foule. Un extrême recadrage des négatifs les isole et confère à leur regard une dureté inquiète. L’érosion de la texture photographique est accentuée par l’emploi d’inter-négatifs et la texture granuleuse de la toile photographique sur laquelle sont tirées les images. Like true living statues, the figures in Sphinx were captured in Parisian crowds. Extreme reframing of the negatives isolates them and confers anxious harshness to their gaze. The erosion of photographic texture is emphasized by using internegatives and the grainy texture of the photographic canvas on which the images are printed.